Retour X
Écologie | Le grand débat sur les éoliennes : démêler le vrai du faux
Écologie

Le grand débat sur les éoliennes : démêler le vrai du faux

Proposé par Pauline Picquette - le 26 oct. 2021

Les éoliennes, une énergie qui divise la France ! Sans parler de « guerre » entre les «  pour et les contre », les moulins à vent du 21ème siècle, symbole d’une certaine transition énergétique (face aux énergies fossiles), sont devenus des parias pour certains... Le débat est vaste et polémique ! Penchons-nous plutôt sur ce sujet « soufflant » pour tenter de démêler le vrai du faux.

1. Les éoliennes ne fonctionnent pas en continu 

Pour produire de l’électricité, il faut du vent, c’est évident… sauf qu’il n’y en pas toujours. En moyenne, une éolienne ne produit que 25% de ce qu’elle pourrait produire : cette « intermittence » est un problème en cas de pics de consommation. Cependant, il existe des pistes, pour résoudre ce problème, notamment, l’interconnexion du réseau européen (le vent peut souffler ailleurs en Europe) en est une, de nouveaux moyens de stockage ou un pilotage à la demande en sont d’autres.

2. Les éoliennes coûtent cher 

Il est vrai que la filière de l’éolien a été soutenue contre vents et marées par de l’argent public, comme le nucléaire, par ailleurs. Les coûts de production d’électricité (également pour le solaire) ont bien chuté : 1 MWh (Mégawattheure) coûte entre 50 et 71 euros. C’est plus cher que celle produite par les anciennes centrales nucléaires, mais beaucoup moins onéreux que les réacteurs EPR à 115 euros le MWh.

3. Les éoliennes ne sont pas recyclables

L’exploitant d’un parc éolien doit démonter les mâts et remettre en état le terrain s’il arrête de les faire tourner. A compter du 1 janvier 2022, les éoliennes devront être réutilisées ou recyclées à 90% ; quant aux pales qui sont composées de composite (fibre de verre, carbone, résine), elles sont broyées et brûlées en cimenterie pour produire de l’énergie.

4. Les éoliennes tuent les oiseaux

Selon les études, une éolienne tue en moyenne 7 oiseaux/an (passereaux et grands rapaces). Elles ne sont pas responsables de la disparition des espèces ; cependant, un petit bémol, pour les chauves-souris qui en sont les grandes victimes, à cause du « barotraumatisme » (la pression de l’air qui provoque une hémorragie interne). Les éoliennes « offshore » modifient l’écosystème, mais ne le dégradent pas : les migrateurs passent au large des côtes et les structures métalliques sous-marines des éoliennes permettent la fixation d’espèces (les moules) et les parcs sont interdits à la pêche des gros chalutiers ce qui permet à la ressource de se reconstituer.

5. Les éoliennes utilisent en grande quantité les « terres rares »

Les terres rares (néodyme et dysprosium) sont en effet nécessaires à la fabrication des aimants permanents des pales. Cependant, ce n’est qu’une goutte d’eau (1 à 4%) dans le système énergétique : smartphones, PC et autres pots catalytiques en consomment beaucoup plus.

6. Les éoliennes ont un impact sur les prix de l’immobilier

La présence d’éoliennes, au vu des nuisances sonores et visuelles, peut entamer la valeur locative d’un bien, mais très peu, -3% à plus de 2 km. C’est plutôt l’absence de commerces, d’écoles ou d’entreprises qui entre en compte.

D'autres arguments à démêler ? Elles ne sont pas françaises et aux mains de multinationales. On possède déjà une énergie décarbonée grâce au nucléaire. On doit les installer uniquement en mer. Elles provoquent des nuisances et dénaturent les paysages…

Quelques chiffres à connaître sur les éoliennes

  • L’éolien ne représente que 8% de notre production d’électricité (67% pour le nucléaire).
  • Le département le plus équipé est la Somme avec 180 parcs éoliens et les régions, les Hauts-de-France et l’Aquitaine. 
  • 770 parcs éoliens sont en projet.
  • En-dessous de 5,2 m/s de vent, le lieu est inexploitable.

En conclusion, la filière éolienne divise (comme le nucléaire), mais toute réponse apportée doit être nuancée. Rien n’est simple ! Les éoliennes restent une option énergétique à ne pas négliger, sans oublier les autres (solaire, géothermique, hydrolique,…).