Écologie | Que faire des huiles alimentaires usagées ?
Écologie

Que faire des huiles alimentaires usagées ?

Pauline Picquette Publié par Pauline Picquette - le 9 mai 2022
huile alimentaire usagée

Que faire de l'huile utilisée pour cuisiner ? Au lieu de la jeter dans les canalisations (ou à la poubelle) et de prendre le risque de les boucher, adoptons le réflexe écologique en la valorisant. Mais attention tout n’est pas « fluide » dans le traitement des HAU !

Huiles alimentaires usagées (HAU) : un marché de niche prometteur

Ces huiles alimentaires usagées correspondent aux restes d’huiles végétales et animales, issues de la cuisson, de la friture ou des plats. Ce gisement des HAU représente 100 000 à 150 000 t/an en France et 75% de ces huiles ne sont pas collectées. Le secteur de la restauration produit à lui-seul 40 000 t/an d’HAU.

Que deviennent ces HAU ?

Il faut distinguer 2 types de filières, celle de la restauration et le particulier : 

  • Depuis 2016, tout producteur d’HAU est tenu de les faire collecter pour leur valorisation (au-dessus de 60 l/an). Il faut donc installer en cuisine des bidons ou des fûts pour stocker les HAU. Un prestataire vient les collecter pour les transporter dans des centres de traitement spécialisés. Ces huiles sont traitées, afin d’enlever les impuretés et l’eau (5 à 10% du volume). Leur transformation se fait principalement en vue de la valorisation en biocarburants (mélangées à des carburants biodiesels), à la chimie ou à l’alimentation animale. Un tonne d’huile usagée permet d’obtenir 1200 l de biocarburant. Cela permet de réduire la consommation d’hydrocarbures dans le secteur des transports et de limiter les émissions de gaz à effet de serre.
  • A la maison ? Où jeter les huiles alimentaires usagées (friture, fondue…) ? Si l’huile de friteuse parait douteuse, il est important de la remplacer avec une huile plus propre pour une meilleure saveur alimentaire, mais surtout pour la santé. Comment faire ? Je ne la déverse pas dans l’évier (ou les WC) ; en effet, les huiles de friture, répandues dans les canalisations peuvent figer, créer des bouchons et bloquer l’écoulement des eaux… et même perturber le bon fonctionnement des stations d’épuration (insoluble dans l’eau). Quant à la jeter dans la poubelle, mélangée aux ordures ménagères, ces HAU peuvent provoquer des incidents sur les fours d’incinération. Ne pensez pas au compost, ce geste attire les rongeurs et ralentit la décomposition des autres  végétaux. Donc, ayez le bon réflexe : on remet l’huile usagée (une fois froide) dans son emballage d’origine (ou dans un bidon) et on le ramène à la déchetterie où le tout sera collecté. Evidemment, on ne brûle pas l’huile et on ne s’en sert comme carburant !

A savoir sur les huiles alimentaires usagées

  • Un seul litre d’huile usagée pollue une surface de 10 000m2 d’eau.
  • Un litre d’HAU valorisé permet d’éviter l’émission de 3 kg de CO2.
  • Quelques adresses de traitement des HAU en France : Dielix, ECOGRAS, Allo à l’Huile, METRO, La Baraque à Huile…
  • La raffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône) est la première raffinerie de biodiesel française (HVO-huile végétale traitée) où aboutissent les HAU de la France mais pas seulement… Certaines huiles alimentaires usagées seraient issues de l’autre bout du monde (Chine, notamment), donc pas très vertueux ! D’autres HAU transiteraient par des centres de traitement en Belgique pour ensuite, être transportées par navires, en Provence.