Santé / Bien-être | Les allergies au pollen seront de plus en plus nombreuses
Santé / Bien-être

Les allergies au pollen seront de plus en plus nombreuses

Publié par M6 météo - le 19 mars 2019
© © Shutterstock

À l’occasion de la Journée Française de l’Allergie le 19 mars, trois réseaux de suivi de la qualité de l’air alertent sur une probable augmentation des quantités de pollen et donc des allergies, en raison du réchauffement climatique. 

Le réchauffement climatique entraîne une augmentation du pollen

La fédération des Associations de surveillance de la qualité de l'air (Atmo France), le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) et l'Association des pollinariums sentinelles de France (APSF) tirent la sonnette d’alarme en ce 19 mars, Journée Française de l’Allergie : « Le réchauffement climatique et la hausse des températures conduisent à une augmentation des quantités de pollen ».

Dans leur rapport 2018 sur la surveillance des pollens et moisissures dans l'air ambiant, les trois réseaux notent qu’en 2018, « ce constat se vérifie puisque le pollen de bouleau enregistre un pic anormal des concentrations durant le mois d'avril, où un épisode de chaleur exceptionnel en avril a permis aux bouleaux de fleurir dans des conditions très favorables et les quantités de ce pollen ont battu tous les records », auxquelles ce sont ajoutés les pollens de platane et de chêne.

« D'après les simulations faites par le RNSA, les effets du changement climatique sur les pollens risquent de s'amplifier dans le futur » alerte le rapport. 

1 personne sur 4 souffrirait d’allergie respiratoire

Toujours selon leur rapport, le nombre de personnes atteintes par cette allergie saisonnière augmente depuis plusieurs années et devient inquiétante : 1 personne sur 4 souffrirait d’allergie respiratoire, dont 50% à cause du pollen et 10% à cause des moisissures

Éternuements, nez qui gratte, parfois bouché ou qui coule clair, yeux rouges, qui démangent ou qui larmoient, et éventuellement une respiration sifflante, une toux, des poussées d’eczéma, de l’urticaire de contact, un état de fatigue générale et des difficultés de concentration : « en cas de gêne répétitive et saisonnière liée à ces symptômes, vous souffrez peut-être d’une allergie » peut-on lire dans le rapport. 

À lire aussi : C’est l’arrivée du printemps ! Que faire dans mon jardin ?