Actualités | Attentat de Strasbourg : troisième mort, la chasse à l'homme se poursuit
Actualités

Attentat de Strasbourg : troisième mort, la chasse à l'homme se poursuit

Sybille De-la-rocque Publié par Sybille De-la-rocque - le 13 déc. 2018
Marché de Noël de Strasbourg

Alors que l’attentat de Strasbourg compte depuis aujourd’hui sa troisième victime, les forces de l’ordre sont plus que jamais mobilisées pour retrouver Cherif Chekatt, auteur présumé de la fusillade.

L’attentat de Strasbourg fait sa troisième victime

Dans l’est de la France, la chasse à l’homme se poursuit alors que des centaines de membres des forces de l’ordre sont toujours mobilisées pour traquer l’homme le plus recherché de France : Cherif Chekatt, auteur présumé de la fusillade qui a fait, à ce jour, trois morts et 13 blessés, mardi 11 décembre, sur le marché de Noël de Strasbourg.

Selon une communication du ministère de la Santé, ce jeudi 13 décembre, le nombre de victimes de l’attentat a été réévalué à 3 morts, tandis que le pronostic vital de deux autres blessés est engagé. Le dernier blessé à avoir succombé à ses blessures s’appelle Kamal Naghchband, père de trois enfants. Il était en mort cérébrale depuis son admission après l’attentat.

La chasse à l’homme se poursuit entre la France et l’Allemagne

La chasse à l’homme continue et 700 policiers ont été mobilisés pour cette traque, qui se déroule notamment à la frontière entre la France et l’Allemagne, vers où se serait dirigé Cherif Chekatt au cours de sa fuite en taxi. Les contrôles ont été renforcés et pour sécuriser les lieux publics de la région, des militaires ont été mobilisés. 1.300 soldats devraient être déployés dans les jours à venir.

La personne recherchée est un homme de 29 ans, qui mesure 1m80, de corpulence normale. L’appel à témoins lancé par la police indique également que le suspect à des cheveux courts, porte éventuellement une barbe, a la peau mate et porte une marque sur le haut du front. La Police nationale recommande à ceux qui croiseraient ce suspect de ne surtout pas intervenir, mais d’appeler immédiatement la police en composant le numéro 197.

À lire aussi Attentat de Marseille : les parents de Mauranne et Laura attaquent l'État