Santé / Bien-être | Voici ce que la science nous a appris sur les bienfaits du sport en 2018
Santé / Bien-être

Voici ce que la science nous a appris sur les bienfaits du sport en 2018

Publié par Anton Kunin - le 7 janv. 2019
© © Shutterstock

Faire du sport améliore la santé, ce n’est un secret pour personne. Les recherches se poursuivent néanmoins dans ce domaine, et l’année 2018 nous a apporté son lot de nouveautés.

Courir et faire du vélo améliore tant la circulation sanguine que la composition du sang

Faire régulièrement du vélo étant jeune permet d’être en meilleure santé quand on devient vieux. Selon une étude publiée dans la revue Again Cell en mars 2018, les personnes qui ont régulièrement fait du vélo pendant leur vie active présentaient un meilleur bilan sanguin à l’âge de 70 ans. Non seulement la masse musculaire de ces personnes était plus importante, mais leurs muscles étaient aussi plus résistants.

Courir permet de se prémunir contre les maladies cardio-vasculaires. Une étude menée en Norvège sur 4.500 personnes courant quotidiennement sur le tapis, et dont les résultats ont été publiés en novembre 2018, a montré que seuls 147 participants (3,3%) se sont vu diagnostiquer une maladie cardio-vasculaire neuf ans après le début de leurs entraînements. Ce chiffre est très inférieur comparé à la moyenne dans la population générale.

Le sport, contre les maladies mentales et pulmonaires aussi

Une étude menée en Suède et publiée dans la revue Neurology nous apprend que chez les femmes faisant beaucoup de sport après 40 ans, le risque de maladies mentales (démence, maladie d’Alzheimer) se réduit de 88%. La pratique sportive semble être particulièrement bénéfique si elle est quotidienne et que chaque séance dure au moins 30 minutes.

Enfin, une étude conduite à l’unversité d’Otago (Nouvelle-Zélande) et publiée dans le European Respiratory Journal en janvier 2018 nous a appris que le fait de faire des exercices aérobiques pendant l’enfance et l’adolescence augmente le volume des poumons et réduit le risque d’avoir la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) plus tard dans la vie.

À lire aussi : Faire du sport ralentit le vieillissement de nos cellules