Actualités | Sri Lanka : plus de 160 morts à cause des inondations
Actualités

Sri Lanka : plus de 160 morts à cause des inondations

Paolo Garoscio Publié par Paolo Garoscio - le 29 mai 2017
sri-lanka-mousson-danger-inondation-crise-hummanitaire © © Shutterstock

L’Île du Sri Lanka, au sud de l’Inde, est en pleine période de mousson. Ces pluies torrentielles qui frappent chaque année l’Asie ont, cette année 2017, une force particulièrement élevée qui a conduit à de nombreuses inondations dans le pays. Des inondations d’une telle ampleur, le Sri Lanka n’en avait pas connues depuis plus de 10 ans selon les autorités.

164 morts et des dizaines de disparus au Sri Lanka

Lundi 29 mai 2017, le DMC (Disaster Management Center) en charge de la gestion de cette crise, qui devient de plus en plus humanitaire, a relevé le bilan provisoire des inondations qui ont frappé le pays. On compte désormais 164 morts avérés et 104 disparus. Malheureusement, l’espoir de les retrouver vivants s’affaiblit de jour en jour. En outre, toujours selon le DMC, 88 personnes sont hospitalisées.

Au total, les pluies torrentielles ont contraint plus de 500 000 personnes à quitter leur domicile pour trouver refuge et échapper aux inondations. Le Sri Lanka compte 21 millions d’habitants environ : le nombre de déplacés est donc gigantesque par rapport à la population totale du pays. Et la situation ne devrait pas s’améliorer, puisque de nouvelles pluies sont attendues lundi 29 et mardi 30 mai 2017.

L’aide internationale s’organise contre les inondations

Afin de faire face à cet épisode pluvieux majeur, le Sri Lanka a demandé l’aide des autres pays. L’Inde, son plus proche voisin, a déjà dépêché des navires pour apporter des vivres et des médicaments. A l’international, la réponse ne s’est pas faite attendre non plus.

C’est l’ONU qui a annoncé venir en aide au Sri Lanka, en proposant de fournir des conteneurs d’eau et des tablettes de purification d’eau afin de rendre l’eau potable. L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) devrait, de son côté, fournir des médicaments aux zones les plus touchées, afin d’éviter que des épidémies ne se développent pas, ce qui ne ferait qu’aggraver le bilan humain.