Retour X
Santé / Bien-être | Voltarène : cet antidouleur serait dangereux pour la santé
Santé / Bien-être

Voltarène : cet antidouleur serait dangereux pour la santé

Proposé par M6 météo - le 25 sept. 2018

Une récente étude publiée dans le British Medical Journal vient de démontrer que la prise de Voltarène augmenterait considérablement le risque de développer une maladie cardiovasculaire.

Le Voltarène serait 20 à 30% plus dangereux pour la santé que les autres antidouleurs

Une équipe de chercheurs danois vient de révéler dans une étude, publiée le 4 septembre dernier dans le British Medical Journal et relayée par nos confrères de Science et Avenir, que la prise de Voltarène, cet antidouleur le plus consommé au monde, augmenterait de « plusieurs dizaines de pour cent » le risque d’accident cardiaque. Mais elle accroîtrait également le risque de saignement gastro-intestinal de 2,5 fois par rapport à l’ibuprofène, au paracétamol et au naproxène. 

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont compilé 252 études et comparé l’utilisation du Voltarène à celle d’autres antidouleurs, comme l’ibuprofène ou le paracétamol. Et leur constat est sans appel : le risque de déclencher un grave problème cardiaque est augmenté de 20% par rapport au paracétamol ou à l'ibuprofène, 30% comparé au Naproxène, 50% par rapport à ceux qui ne suivent aucun traitement, peut-on lire dans les colonnes de Sciences et Avenir.

Le principe actif du Voltarène à nouveau mis en cause

Le Voltarène est un anti-inflammatoire non-stéroïdien, prescrit en France sur ordonnance, contre les douleurs arthritiques et rhumatismales. Son principe actif, le diclofénac, avait déjà été mis en cause il y a 15 ans, comme le rappellent les journalistes de Sciences et Avenir. Des vautours indiens auraient été décimés après avoir consommé de la viande traitée au diclofénac...

La revue médicale Prescrire avait elle aussi déjà dénoncé le Voltarène, en janvier 2018, comme faisant partie des « 91 médicaments plus dangereux qu’utiles ». Une autre étude sortie en septembre 2016, également dans le British Medical Journal, avait démontré le risque d’insuffisance cardiaque lié à la prise d’antidouleur, et notamment du Voltarène.

À lire aussi : Médicaments : 90 substances « à écarter pour mieux soigner »

Crédit photos: © © Shutterstock