Santé / Bien-être | Vous pourrez bientôt changer de complémentaire santé plus facilement
Santé / Bien-être

Vous pourrez bientôt changer de complémentaire santé plus facilement

Publié par Sybille De-la-rocque - le 21 mars 2019

Vous pourrez bientôt changer plus facilement de complémentaire santé. Et ce changement pourrait bien également avoir un impact sur le montant de votre contrat.

Résilier sa complémentaire santé à tout moment sera possible à partir du 1er décembre 2020

Les assureurs n’accueillent pas cette nouvelle avec enthousiasme, et pourtant, les dés semblent désormais jetés. Malgré des mois de tractations et une forte pression des complémentaires santé, l’Assemblée nationale semble prête à valider la proposition de projet de loi visant à faciliter les changements de mutuelles pour les assurés, d’ici le 1er décembre 2020.

Aujourd’hui, un assuré qui veut changer de mutuelle doit attendre la date anniversaire de la signature de son contrat. En d’autres termes, il ne peut changer de complémentaire qu’une fois par an et ne doit pas rater cette échéance ou son contrat repartira pour une année supplémentaire. Mais pour La République en Marche (LREM), qui a soumis cette proposition à l’Assemblée, les particuliers gagneraient à pouvoir changer de mutuelle plus facilement.

Les assureurs craignent une hausse de certains de leurs frais

Selon les défendeurs de ce texte, cette libéralisation forcerait les mutuelles à davantage se concurrencer, en offrant des tarifs avantageux, ou davantage de couverture santé. C’est d’ailleurs ce qu’il s’est produit lorsque le même texte a été voté pour les assurances auto et habitation. Les prix ont baissé, à l’avantage des assurés.

Mais du côté des assureurs, le son de cloche n’est pas le même. Nombreux sont ceux qui affirment que face à cette concurrence accrue, et au risque de perdre de nombreux clients, les complémentaires vont devoir mettre en place des politiques de fidélisation coûteuses qui se répercuteront nécessairement sur le montant des contrats, tandis que les changements plus fréquents engendreront une charge administrative beaucoup plus conséquente. Des arguments qui ne semblent pas atteindre le grand public puisque selon un sondage Ifop réalisé pour la société Alan, 94% des Français sont favorables à la mise en œuvre de ce texte.

À lire aussi : Top 10 des meilleures mutuelles de 2018