Actualités | Viande de cheval : le procès s'ouvre aujourd'hui à Paris
Actualités

Viande de cheval : le procès s'ouvre aujourd'hui à Paris

Sybille De-la-rocque Publié par Sybille De-la-rocque - le 21 janv. 2019
Lasagnes

Six ans après l’explosion du scandale sanitaire de la viande de cheval, le procès Spanghero s’ouvre à Paris. Deux Français et deux Néerlandais comparaissent pour « tromperies » et « escroquerie en bande organisée ».

Quatre acteurs du scandale de la viande de cheval comparaissent à Paris

Après des années d’investigation, le procès Spanghero s’ouvre ce lundi 21 janvier 2019 à Paris. Quatre personnes, deux anciens dirigeants de l’entreprise basée à Castelnaudary, dans l’Aude, et deux négociants néerlandais, comparaissent pour « tromperies » et « escroquerie en bande organisée ». Ils sont accusés d’avoir écoulé pas moins de 750 tonnes de viande de cheval dans plusieurs pays européens, en la faisant passer pour de la viande de bœuf.

Cette affaire a éclaté en 2013 en Irlande. Cette année-là, des contrôles sont réalisés, presque au hasard, sur de la viande de burgers surgelés. De la viande de cheval est découverte, et un premier lot retiré du marché. Puis les contrôles se poursuivent à mesure que la chaîne d’approvisionnement est remontée.

7,5 millions de tonnes de viande de cheval ont été écoulées en Europe

Au total, 13 pays seront concernés par ces rappels et, selon les estimations des enquêteurs, pas moins de 4,5 millions de plats cuisinés écoulés en Europe auraient contenu de la viande de cheval sans que l’étiquette n’en fasse mention.

Devant le tribunal correctionnel de Paris, jusqu’au 13 février prochain, les protagonistes de cette affaire devront aider la justice à faire toute la lumière sur cette affaire. Les juges devront notamment éclairer les liens entre les négociants néerlandais, déjà condamnés pour des faits similaires, et les deux Français. La culpabilité, ou non, de ces derniers, dépend de la réponse à cette question.

À lire aussi Étiquetage : l’obligation d’indiquer l’origine pas assez respectée