Santé / Bien-être | Arthrose : certains compléments alimentaires sont dangereux pour la santé
Santé / Bien-être

Arthrose : certains compléments alimentaires sont dangereux pour la santé

Publié par M6 météo - le 29 mars 2019
© © Shutterstock

L’agence de sécurité sanitaire alerte sur les effets indésirables pouvant être graves de certains compléments alimentaires commercialisés pour soulager les douleurs articulaires.

De graves effets indésirables

Dans un communiqué publié vendredi 29 mars 2019, l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) dénonce les dangers des compléments alimentaires « contenant de la glucosamine et/ou de la chondroïtine sulfate, présentés comme pouvant contribuer au confort articulaire », dont plusieurs effets indésirables lui ont été rapportés. 

« Troubles digestifs, douleurs abdominales, éruptions cutanées, démangeaisons, des hépatites ou des purpuras (lésions hémorragiques de la peau) ». Autant d’effets indésirables à ne pas prendre à la légère, en particulier chez certaines personnes à risque : les personnes diabétiques ou pré-diabétiques, asthmatiques ou traitées par anti-vitamine K ; celles présentant une allergie alimentaire aux crustacés ou aux insectes, pour les compléments alimentaires à base de glucosamine ; celles dont l’alimentation est contrôlée pour le sodium, le potassium ou le calcium, car ces compléments peuvent en être une source importante. Et enfin, les femmes enceintes ou allaitantes et les enfants, en raison de l’insuffisance de données sur la sécurité de ces produits.

La prise de compléments alimentaires n’est pas anodine

L’Anses en profite pour rappeler aux consommateurs que les compléments alimentaires ne sont pas à prendre à la légère et leur recommande de solliciter l’avis d’un médecin, d’éviter l’apport d’un même ingrédient par différentes sources, notamment lors d’un traitement médicamenteux, d’éviter la consommation concomitante de plusieurs compléments alimentaires, de privilégier les formulations simples et les circuits d’approvisionnement contrôlés par les pouvoirs publics.

L’Anses demande par ailleurs aux fabricants de prendre des mesures pour mieux informer le consommateur sur les risques liés à la prise de compléments alimentaires, notamment de déclarer auprès du dispositif de nutrivigilance les effets indésirables dont ils auraient connaissance.

À lire aussi : Prudence, certains compléments alimentaires peuvent être dangereux !