Retour X
Santé / Bien-être | Erreurs médicales : plus de 1 000 sigalements en 8 mois
Santé / Bien-être

Erreurs médicales : plus de 1 000 sigalements en 8 mois

Proposé par Marine Tertrais - le 24 nov. 2017

À l’occasion de la Semaine de la sécurité des patients, nos confrères du Parisien se sont intéressés au nombre d’erreurs médicales recensées ces derniers mois. Un nombre qui serait très largement sous-estimé.

60 000 décès chaque année à cause d’une erreur médicale ?

Les erreurs médicales sont fréquentes. Pourtant, selon nos confrères du Parisien qui se sont intéressés à cette question, 1 153 signalements ont été recensés ces 8 derniers mois. Ces signalements ont été faits via une nouvelle plateforme (le site signalement-sante.gouv) qui permet, depuis le 13 mars 2017, aux professionnels de santé ou aux patients de recenser tout événement indésirable lié aux produits de santé.

Ce chiffre paraît très important mais il pourrait être bien en-dessous de la réalité. Très peu sont les patients qui connaissent en effet ce portail de signalement. Selon l'association Le Lien, qui accompagne les victimes, le nombre de décès liés à des erreurs médicales serait estimé à 60 000 chaque année. Les décès seraient souvent dus à des effets indésirables de traitements médicaux ou à des infections nosocomiales.

Recenser le nombre d’erreur médicales en France

Si ce chiffre était confirmé alors on serait face à un problème sanitaire de très grande ampleur. « Une étude américaine de 2016 estimait le nombre de morts liées aux erreurs médicales à 251 000 par an aux États-Unis », commente Sadek Beloucif, président du Syndicat national des médecins et chirurgiens des hôpitaux publics (Snam-HP), dans le Parisien. « Si on extrapole, il y en aurait au moins 51 000 en France ».

Le ministère de la Santé n’a pas encore souhaité communiquer sur ces chiffres, mais il est certain que des études devront être poussées sur cette question pour connaître l’étendue exacte des dégâts. Le gouvernement a d’ores et déjà fait savoir que l’enquête Eneis (Enquête nationale sur les événements indésirables liés aux soins) serait réactualisée d'ici 2019, en prenant en compte les maisons de retraites. Ces travaux seront scrupuleusement étudiés. 

Crédit photos: © Shutterstock