Santé / Bien-être | Sodas allégés : risque accru de démence et d'AVC ?
Santé / Bien-être

Sodas allégés : risque accru de démence et d'AVC ?

Publié par Paolo Garoscio - le 24 avr. 2017
© © Shutterstock

Lorsque la lutte contre l’obésité, fléau du 21ème siècle, a commencé à prendre de l’ampleur, les industriels du soda ont inventé des recettes allégées en sucres à grands coups d’aspartame et de Stévia. S’ils sont censés être moins dangereux concernant la prise de poids et les risques pour la santé qui vont avec, ils auraient d’autres effets néfastes sur le corps et même sur le cerveau, selon une étude publiée jeudi 20 avril 2017 dans la revue de l’American Heart Association.

Une des rares études sur les effets des sodas allégés

Comme le signale l’auteur principal de l’étude Matthew Pase, de l’Université de Médecine de Boston, à la chaîne américaine CNN, les études sur les effets des sodas allégés sur la santé sont très peu nombreuses. « Ça pose un problème car les sodas light sont très populaires », a-t-il déclaré, ce qui l’a poussé à mener cette première recherche. Tout en estimant qu’il faudra aller plus loin, les premiers résultats ne sont pas encourageants.

Il a analysé les données de 2 888 adultes de plus de 45 ans et de 1 484 adultes de plus de 60 ans dans la ville de Framingham dans le Massachussets, via le projet Framingham Heart Study mené par l’Université de Boston et le National Heart, Lung and Blood Institute. Grâce à ces données, les chercheurs ont pu vérifier la quantité de sodas et le type et comparer les résultats entre les personnes ne buvant jamais de sodas, celles buvant surtout des sodas sucrés et celles buvant des sodas allégés entre 1991 et 2001, ainsi que la fréquence de consommation de ces boissons.

Des taux d’AVC et de démence plus élevés chez les consommateurs de sodas allégés

Selon l’analyse des données, il semblerait que boire un soda allégé en sucres par jour augmente de trois fois le risque d’AVC par rapport à une personne qui ne boit pas de soda allégé. En boire une à six fois par semaine augmente ce risque de 2,6 fois. Toutefois, si boire moins d’un soda allégé par jour n’augmente pas le risque de démence, selon les chercheurs, une consommation supérieure à un soda par jour multiplie le risque de démence par trois.

Cette recherche n’a toutefois pas identifié de lien direct de cause à effet entre les sodas allégés, la démence ou le risque d’AVC. Plusieurs chercheurs ont donc appelé à la prudence avant de tirer des conclusions hâtives. Mais il se pourrait que ce soit là une première donnée importante sur les risques aujourd’hui méconnus de la consommation de sodas.