Retour X
Santé / Bien-être | Mal au genou : faut-il porter une genouillère ?
Santé / Bien-être

Mal au genou : faut-il porter une genouillère ?

Proposé par Pauline Picquette - le 28 sept. 2021

Entorse, arthrose, déséquilibre, mauvaise chute… Le port d’une genouillère peut soulager les douleurs et optimiser la rééducation. Bien sûr, il n’y a pas de recette miracle, mais la genouillère peut aider à passer ce mauvais moment. Essayons de répondre aux questions les plus fréquentes et de savoir quel modèle est le plus adapté.

1. La genouillère soulage-t-elle l’arthrose ?

L’arthrose est une pathologie chronique qui fonctionne par crises avec des poussées inflammatoires très douloureuses mais aussi, et heureusement, des périodes de rémission. Alors que choisir ? Les modèles thermiques qui apportent de la chaleur ou les orthèses qui limitent les compressions au niveau de l’articulation du genou apportent un soulagement. En périodes calmes, le port de la genouillère peut uniquement se limiter aux activités physiques. Par contre, en phase aigüe, elle aura un effet antalgique (calmant)… et plus on la portera, mieux ce sera.

2. Perte d’équilibre, la genouillère peut-elle aider à se stabiliser ?

Manque d’équilibre ou genou qui « lâche », la genouillère peut avoir un effet « proprioceptif » (capacité consciente ou inconsciente de connaitre la position exacte de son corps et de chacun de ses membres), en reprenant le contrôle sur son équilibre et ses mouvements. Cependant, si ce manque de stabilité est lié à une pathologie (trouble rotatoire par exemple), la genouillère va apporter un soulagement complémentaire. Le port d’une paire de semelles doit être apporté en première intention pour corriger le déséquilibre.

3. Après une chute, la pratique du sport peut-elle être envisagée sans genouillère ?

Non, même s’il n’y a plus de douleur, quand on se déplace ou si l’on court, tout le poids du corps va se retrouver sur cette articulation lors des impacts. En prévention et en support, il faut porter une genouillère en protection, peu importe l’intensité de l’activité pratiquée.

4. Au ski, la genouillère peut-elle prévenir les entorses ?

S’il y a eu un traumatisme, une genouillère simple ne suffira pas pour maintenir suffisamment le genou… et elle pourra entraîner une pathologie plus importante. La solution ? Les grandes orthèses apporteront une protection plus efficace et plus de sécurité. Pas de traumatisme au genou, la genouillère peut aider à mieux ressentir ses articulations et contrôler ses mouvements.

5. Comment la choisir ?

Elle n’est pas choisie au hasard, de nombreux critères doivent être pris en compte :

  • Le conseil du professionnel (médecin, orthésiste, pharmacien) est essentiel,
  • Elle doit être adaptée en fonction de chacun (personne sédentaire ou active),
  • Elle varie selon l’âge et surtout elle doit être toujours essayée. On n’appareille pas une pathologie, on appareille une personne qui a une pathologie.

La question ? Comment enfiler une genouillère quand on ne peut pas se baisser ? On portera plutôt une orthèse qui s’ouvre et se ferme à l’aide de bandes adhésives.

Le plus : comment prévenir l’entorse ? En renforçant les muscles qui maintiennent les genoux, les quadriceps… On privilégie les activités sans impacts, marche, natation ou vélo.