Retour X
Loisirs | Virus, épidémie, contagion,... : les 10 meilleurs films du genre
Loisirs

Virus, épidémie, contagion,... : les 10 meilleurs films du genre

Proposé par Pauline Picquette - le 25 avr. 2020

Le « cinéma catastrophe » est une vraie mine d’or ! Depuis la nuit des temps, le monde du 7ème art s’inspire - brillamment - de ce filon intriguant, terrifiant... et lucratif. Bactérie menaçante, propagation d’un virus mortel et course contre la montre : comme un air de déjà-vu par les temps qui courent ?

Précautions : ces films anxiogènes sont déconseillés aux enfants, jeunes adultes et personnes sensibles pendant le confinement. Comédie, fantastique, policier, thriller ou animation : choisissez judicieusement.

1#. Le Hussard sur le toit par Jean-Paul Rappeneau (1995)

  • Fiche d’identité : France, drame romantique, 2h10
  • En quelques mots ? Gros budget, gros succès et une critique conquise. Ce drame nous raconte les péripéties d’Angelo Pardi à travers la Provence, ravagée par une épidémie de choléra en 1832.

2#. Le Mystère Andromède par Robert Wise (1969)

  • Fiche d’identité : Etats-Unis, science-fiction, 2h11
  • En quelques mots ? Un virus tombé du ciel a tué tous les habitants d’un patelin du Nouveau-Mexique. C’est une arme biologique… et le seul survivant est un alcoolique notoire : voilà le remède ?

3#. La peste à Florence par Otto Rippert (1919)

  • Fiche d’identité : Allemagne, drame en noir & blanc,1h13
  • En quelques mots ? Ce long métrage est magnifique ! Dans ce film historique muet, nous suivons la progression angoissante de l’épidémie de peste à Florence en 1348 ; c’est aussi l’annonce d’un autre virus qui va engloutir l’Allemagne peu de temps après...

4#. Nosferatu, le vampire par Friedrich Wilhelm Murnau (1922)

  • Fiche d’identité : Allemagne, film d’épouvante en noir & blanc, 1h34
  • En quelques mots ? Le nec plus ultra du cinéma muet expressionniste allemand  ! Nosfératu (Dracula) arrive en Transylvanie et répand la peste sur son passage... Un film puissant d’une beauté à couper le souffle !

5#. Panique dans la rue par Elia Kazan (1950)

  • Fiche d’identité : Etats-Unis, thriller, 1h30
  • En quelques mots ? L’action se passe à La Nouvelle-Orléans qui est sous le coup d’une épidémie de peste pulmonaire. Le réalisateur Elia Kazan s’essaie, en pleine guerre froide, au cinéma d’inspiration et montre comment la contagion (le communisme) peut se répandre dans un corps social sain.

 6#. Mort à Venise par Luchino Visconti (1971)

  • Fiche d’identité : Italie, drame, 2h11
  • En quelques mots ? L’épidémie de choléra, dissimulée par les autorités, se répand à Venise en 1911. Véritable « opéra » de la décadence, ce film décrit un monde fait de lassitude, de musique et d’attente.

7#. Contagion par Steven Soderbergh (2011)

  • Fiche d’identité : Etats-Unis, thriller,1h46
  • En quelques mots ? Le plus réaliste des films d’épidémie. Inspiré par la contamination de 2002 (SRAS), le film s’appuie sur les données scientifiques des experts et montre comment la menace est simultanée dans le monde. Le plus terrible, face à la pandémie ? La question des libertés individuelles... On est en pleine actualité !

8#. La peste par Louis Puenzo (1992)

  • Fiche d’identité : Franco-argentin, drame, 2h26
  • En quelques mots ? Le réalisateur s’attaque à un monument : le roman d’Albert Camus paru en 1947. Ce film raconte les années « noires » de la dictature argentine, une véritable peste...

9#. Alerte ! par Wolfgang Petersen (1995)

  • Fiche d’identité : Etats-Unis, action, 2h08, MyCanal ou DVD
  • En quelques mots ? Une épidémie causée par un singe, cette fois-ci... Le virus Motaba, importé du Zaïre aux Etats-Unis, provoque une quarantaine drastique dans une petite ville de Californie. L’armée décide d’éradiquer les malades par une bombe thermobarique.

10#. Vingt-huit jours plus tard par Danny Boy (2002)

  • Fiche d’identité : Grande-Bretagne, horreur,1h52, MyCanal ou DVD
  • En quelques mots ? Les gens normaux se muent en tueurs enragés à cause d’un virus transmis par les singes. Des survivants essaient de rejoindre Manchester : un vaccin s’y trouverait ? Nous sommes en plein délire post-apocalyptique… et Londres déserté est une allégorie politique.