Écologie | Ces grandes métropoles qui s'engagent contre la pollution
Écologie

Ces grandes métropoles qui s'engagent contre la pollution

Publié par Marine Tertrais - le 24 oct. 2017

12 maires de villes du C40, l'organisation qui représente les « 91 plus grandes métropoles mondiales » ont décidé de s’engager contre la pollution. Paris est concerné.

Paris, Londres, Barcelone, Los Angeles...

Les maires de Paris, Londres, Barcelone, Quito, Vancouver, Mexico, Copenhague, Seattle, Le Cap, Los Angeles, Auckland et Milan se sont en engagés à mettre en œuvre l'Accord de Paris sur le climat de 2015. Réuni à Paris dimanche lundi 23 octobre, le C40, présidé actuellement par Anne Hidalgo, a souhaité poser un acte fort : « C'est une déclaration ambitieuse pour réduire la pollution de l'air », s’est réjouie la maire de Paris.

Concrètement ces 12 maires se sont engagés à transformer leurs villes en territoires « plus verts », « plus sains », et surtout « sans énergie fossile ». Et de rappeler qu’un tiers des émissions de gaz à effet de serre de grandes villes provenaient des transports. Les Parisiens ne risquent donc pas de voir Anne Hidalgo faire marche arrière en ce qui concerne les voies sur berges ou sur la circulation alternée pendant les pics de pollution.

Favoriser les transports en commun et le cyclisme

Selon le C40, moins de 500 villes seront responsables de 50 % de la croissance des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Il faut donc faire en sorte de réduire cette pollution dans les grandes métropoles. Parmi les différents engagements de ces villes, on trouve celui d’acheter uniquement des bus qui ne polluent pas à partir de 2025, mais également de favoriser les transports en commun et le cyclisme.

Anne Hidalgo a fait savoir que la mairie de Paris montrerait l’exemple « en acquérant uniquement des véhicules à zéro émission pour nos flottes municipales, et cela, le plus rapidement possible ». Avec le maire de Los Angeles, elle s’est par ailleurs engagée à mettre l’écologie au cœur des Jeux olympiques 2024 et 2028. À Paris, les spectateurs pourront, par exemple, se déplacer en transports en commun ou en véhicules autonomes.

À lire aussi Des algues pour lutter contre la pollution de l'air à Paris